L’étude de sol est une étude qui consiste à mener des investigations quant à la nature même du terrain sur lequel est prévu la construction d’un logement de type maison ou bien une extension de la maison déjà existante.

Réalisée par un professionnel agrémenté, elle consiste essentiellement en un forage du sol afin d’en prélever des échantillons qui pourront ensuite être analysés en laboratoire.

Sol sablonneux, sol argileux, proximité d’une route, autant de critères qui permettront ensuite de choisir les matériaux les plus adaptés pour construire des fondations viables et durables.

Étude de sol obligatoire ou non ?

L’étude de sol n’est à l’heure pas obligatoire. Autrefois réalisée à la demande des entrepreneurs, elle est aujourd’hui facilement accessible aux particuliers.

Plusieurs entreprises de bâtiment proposent sur leurs sites la possibilité d’une demande en ligne d’intervention d’un professionnel afin de réaliser l’étude de sol.

Malgré son caractère non-obligatoire, il n’en demeure pas moins que faire réaliser une telle permettra d’éviter les mauvaises surprises une fois la maison bâtie et aussi garantir sa longévité dans le temps.

Cependant, l’étude de sol peut être exigée par les assureurs, les architectes ou encore par la mairie dont dépend le terrain à bâtir. En effet, elle permettra ainsi d’optimiser la réalisation des fondations et par la même occasion permettra aux particuliers souhaitant faire construire leur maison de réaliser des économies en évitant par exemple de surdimensionner les fondations.

Cas particulier

L’étude de sol peut s’avérer obligatoire pourtant dans un cas bien précis. En effet, le maître d’ouvrage (le particulier), lorsqu’il contracte une assurance dommage-ouvrage, est tenu de faire réaliser cette étude faute de quoi il peut se voir refuser l’obtention de son crédit pour mener à bien les travaux.

Coût

La réalisation d’une étude de sol est estimée aux environs de 1000€ à l’heure actuelle. De nombreuses entreprises ont aligné leurs tarifs.

Néanmoins, certains dépassements de coût sont à prévoir dans le cas de terrains en pente supérieure de 10% à 20%, ainsi que pour des terrains dont l’emprise au sol est comprise entre 150 m2 et 200 m2.

D’autre part, en cas de mitoyenneté, de proximité avec une route ou encore de réalisation d’une piscine en sous-sol, des frais supplémentaires sont à prévoir.